Permaculture

Le mot « permaculture » est né dans les années 1970 avec Bill Mollison et David Holmgren. C’est la contraction de l’agriculture permanente. On y retrouve des techniques et des principes de culture et d’aménagement pour transformer son lieu de vie en un écosystème productif, autonome et respectueux de l’environnement. Il peut être aménagé dans de petites surfaces comme un potager. C’est donc bien plus qu’une nouvelle approche du jardinage : nous pouvons parler d’une philosophie de vie, où tous les êtres vivant cohabitent et vivent en harmonie. Dans la permaculture, le design est important afin de limiter les pertes d’énergie et les gaspillages : tout est à la bonne place. Dans un monde où l’on prône souvent le productivisme ou encore la surconsommation, où le monde rural est souvent délaissé, c’est un véritable vent de fraîcheur que nous offre cette éthique très nature.

La permaculture repose sur trois piliers à savoir : prendre soin des hommes, prendre soin de la Terre et produire et partager équitablement les ressources. Cela permet de préserver la fertilité d’une terre cultivée, à l’heure où celle des agricultures peu écologiques les rendent de plus en plus stériles. À terme, cette culture permanente agit sur l’environnement, l’économie, la santé et le bien-être spirituel, les communautés et bien d’autres choses ! Le départ de cette idée est tout simple, puisqu’il est inspiré du fonctionnement de la nature. Ces solutions low tech sont de plus en plus présentes, avec le maraîchage bio.

Vers un nouveau concept durable

Les principes de l’agriculture permanente

Les trois piliers regroupent douze principes permaculturels. David Holmgren les a défini dans un certains ordre, du plus important au moins important. Il s’agit d’observer et interagir en premier lieu. Puis de collecter et stocker l’énergie, créer une production, s’autoréguler et accepter les rétroactions, utiliser et valoriser les ressources et les services renouvelables. Le sixième indique de ne pas produire de déchets, ensuite de partir du design général pour en venir aux détails, intégrer plutôt que séparer, utiliser des solutions lentes et à petite échelle, utiliser et valoriser la diversité. Les deux derniers préconisent d’utiliser les interfaces et valoriser les éléments en bordure, faire preuve de créativité et réagir au changement. Tous ces principes permettent ensemble d’avoir une base à suivre. Ils visent à créer un système durable, aptes à s’épanouir dans de petites surfaces, dans un potager. Depuis des années, le terme de ferme agrobiologique se voit de plus en plus. L’agriculture bio n’est pas qu’une tendance : c’est une vraie solution durable et un bon développement de lagro-écologie. Il devient plus facile de trouver près de chez soi une ferme bio.

Un marché sain et écologique

Jnane Chama : une ferme bio au service de la permaculture

Basée à Casablanca au Maroc, la ferme bio a comprit qu’il est temps de penser un peu plus à manger mieux et à protéger la planète à travers une agriculture biologique. L’agriculture permanente y est donc de mise. Elle cultive de nombreux légumes bio, dans des écosystèmes harmonieux et durables grâce à ses installations humaines et harmonieuses. Les conditions favorables sont réunies pour laisser un sol vivant, avec ses micro-organismes, l’humus qui fournit un engrais naturel et l’énergie du soleil. Le maraîchage bio se fait dans un respect total des produits. Dans cette ferme bio, ce sont de vraies solutions low tech et durables qui sont mises à l’honneur.

LE BIO

Manger bio,

pourquoi ?

EN SAVOIR PLUS

HELLO AND WELCOME

Rendez-nous viste

0669-794367

Oued Malllah Tit Mellil Casablanca

Jnanechama@gmail.com